1/1/2018

 

&&       LNG   «CHRISTOPHE de MARGERIE »         &&

 

Le « Christophe de Margerie », premier navire brise-glace au monde de transport de gaz naturel liquéfié (GNL), a été le premier navire à accoster au terminal méthanier Yamal du port russe de Sabetta  après avoir terminé ses essais «glace » qui ont eu lieu du 19 février au 8 mars 2017 en mer de Kara et Laptev, essais couronnés de succès puisque le navire a prouvé sa capacité à se déplacer l’arrière en premier dans la glace épaisse de 1,5 mètres à une vitesse de 7,2 noeuds (l’objectif était de 5 noeuds) et en marche avant  à une vitesse de 2,5 nœuds (l’objectif était de 2 noeuds). Le rayon du cercle de giration du navire dans 1.7m d’épaisseur de glace était de 1 760 mètres contre 3000 mètres ciblés.  

 

      Navire brise-glace de classe ARC-7 (la plus haute), il a une capacité de 173 600 mètres cubes de GNL soit 4 semaines de consommation d’un pays comme la Suède, et  a été conçu spécifiquement pour desservir le projet GNL de YAMAL  à l’ouvert de  l’estuaire de l’ Ob en mer de Kara, un projet russe d'exploitation de champ gazier arctique, détenu à 60 % par Novatek (Russie), 20 % par Total et 20 % par une filiale de la CNPC (Chine). Un chenal d’accès, long de 50 km, large de 295m à 15m de profondeur a été créé pour desservir le port de Sabetta.

 

Capable de naviguer à travers la glace jusqu'à 2,1 mètre d’épaisseur, le Christophe de Margerie peut  emprunter la route du NE à partir de Sabetta tout au long de l’année vers l’ouest et pendant six mois de l’année, de juillet à décembre, vers l’est.

 

 

Commandé en 2014 pour un coût de 320 millions de dollars, le navire de 299 mètres de long a été livré par le chantier sud-coréen Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME) à son propriétaire, la compagnie maritime russe Sovcomflot, début mars 2017. Il est le prototype d’une série de 15 transporteurs de gaz, qui devraient être construits pour le projet de GNL de Yamal.

 

Il a été baptisé à Saint Petersbourg le 3 juin en hommage au PDG de Total Christophe de Margerie décédé le 20 octobre 2014 tragiquement dans un accident d'avion à Moscou. L’apparition de ce transporteur de gaz particulier baptisé « Yamalmax ship », caractérise  une nouvelle classe de navire, selon Sovcomflot.

 

Chaque navire a une longueur totale de 299m, une largeur de 50m, un creux de 26,5 m et un tirant d’eau de service de 11,7 m. La longueur entre perpendiculaires est de 282m, le port en lourd est 80.200 t. L’équipage comprend 29 membres.

Performances Le navire peut naviguer à une vitesse de 19.5kt en haute mer et à 5kt dans 1,5 m d’épaisseur de glace. Autonome  jusqu’à 2,1 m d’épaisseur glace, il peut affronter des vagues de 15 mètres de haut, supporter des températures de -50°.

 

Deux passerelles de navigation reliées par un couloir longitudinal permettent de contrôler la marche du navire l’une vers l’avant en marche normale, l’autre face à l’arrière pour faire route en marche arrière dans la glace plus épaisse.

 

Le système propulsif est diesel-électrique. Il comprend quatre moteurs de 12 cylindres et deux moteurs de neuf cylindres Wärtsilä 50DF diesel-fuel. Les moteurs 9 cylindres génèrent chacun une puissance de 8.550 kW, tandis que les moteurs 12 cylindres en délivrent 11.400 kW chacun.

 

Les moteurs à quatre temps Wärtsilä 50DF, qui fonctionnent au LNG et au fuel lourd ou léger fournissent une puissance totale de 64.35MW. La propulsion électrique est assurée par 3 Azipod ABB, chaque unité développe 15MW.

 En savoir plus, cliquer ICI

1/4/2018

 

&&    Yamal LNG : le projet de tous les défis   &&

Source : « TOTAL » Journal des actionnaires

 

 

 

Après une construction réussie dans le respect du calendrier et du  budget prévus grâce aux efforts considérables de toutes les parties prenantes, Yamal LNG a démarré ses exportations de gaz naturel liquéfié depuis la Russie.

 

Yamal LNG, situé en Russie, a démarré sa production de gaz naturel liquéfié (GNL) en décembre dernier et la commercialise déjà dans le cadre de contrats à long terme à destination de l'Asie et de l'Europe. Plusieurs cargaisons de GNL ont déjà été livrées au Royaume-Uni, en Hollande et en France. C'est le méthanier brise-glace Christophe de Margerie, premier d'une série de 15 super transporteurs brise-glace conçus spécialement pour Yamal LNG, qui a acheminé la première cargaison de 170 000 m3 fin décembre 2017. C'était une étape importante pour le plus ambitieux projet de liquéfaction de gaz au monde. Yamal LNG a été construit pour exploiter les 4,6 milliards de barils équivalent pétrole de réserves gazières du gisement géant onshore de Tambey Sud au Nord de la Russie. Lorsque le site atteindra sa pleine capacité en 2020, il pourra fournir 16,5 millions de tonnes de GNL par an aux marchés asiatique (54%) et européen (46%).

 

Cette réussite est due aux nombreux défis relevés dans une région où la température peut chuter jusqu'à -50°C en hiver. Le sol, appelé pergélisol*, est gelé en permanence  sur des profondeurs variables pouvant atteindre plus de 400 m. En période de dégel, la couche supérieure du pergélisol se transforme en boue instable sur près de 2 m d'épaisseur. Pour assurer la stabilité de l'usine, tout en respectant l'environnement, 90 000 pilotis ont été construits pour supporter Yamal LNG. Le projet Yamal LNG repose aussi sur une première mondiale : l'utilisation régulière de la Route du Nord (passant par le détroit de Béring) par les méthaniers brise-glace. La construction d'infrastructures inexistantes jusque-là a également été nécessaire : un aéroport international comptant 2700 mètres de pistes, un port de déchargement du matériel, deux jetées de chargement de GNL, des bases vies pouvant accueillir 32 000 personnes. Yamal LNG est le résultat du savoir-faire technologique et de l'esprit pionner des partenaires qui ont cru en ce projet dès 2010.

Un projet hors normes

Yamal LNG, dont les actionnaires sont Novatek* (50,1 %), Total (20%), CNPC (20%) et Silk Road Fund (9,9%), bénéficie de coûts de production de gaz particulièrement bas. Il contribuera à la production de gaz de Total pour de longues années.

* Total détient une participation de 18,9% dans le capital de  Novatek

 

* Le pergélisol (en anglais : permafrost) désigne la partie d'un cryosol gelée en permanence, au moins pendant deux ans, et de ce fait imperméable.

************************

 

27/1/2018

 

&&               CMA CGM   ANTOINE de SAINT EXUPERY           &&

 

CMA CGM a pris livraison de son nouveau navire amiral le PC « Antoine De Saint Exupéry » d’une capacité de  20.600  TEU. Il est désormais le plus grand porte-conteneurs français. Il entrera en service le 6 février sur segment FAL1 (France Asie 1) entre l’Asie et le nord-Europe, desservant 16 ports en 84 jours.

 

Long de 400 mètres  pour 59 mètres de large le navire  a une capacité de 20 600 conteneurs équivalents vingt pieds, aka TEU, il est parmi les porte-conteneurs les plus gros du monde, et premier d’une série de trois sister-ships construit par le chantier Hanjin Heavy Industries & Construction  de Subic aux Philippines. Depuis 2017 CMA CGM dispose de 26 porte-conteneurs d’une capacité d’emport supérieure à 12.700TEU dont le  CMA CGM Bougainville, l’ancien navire amiral, l’un des  six PC de plus de 18.000 TEU de la flotte.

 

Outre sa taille, le CMA CGM Antoine De Saint Exupéry est construit avec un certain nombre d’avancées technologiques pour améliorer le respect de l’environnement, y compris un aileron Becker permettant d’améliorer les performances de l’hélice, contribuant significativement à réduire la dépense énergétique pour une réduction de 4 % des émissions de CO2 ; un moteur de nouvelle génération qui réduit la consommation d’huile  d’au moins  25 %, ainsi que la consommation globale de carburant pour une réduction moyenne de 3 % des émissions de CO2 ; un système pour le traitement des eaux de ballast par les filtres ou lampe UV.